Compléments alimentaires et CoVid : les plantes à éviter

L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) vient de publier un rapport sur les risques liés à la consommation des compléments alimentaires contenant de plantes pouvant interférer avec la réponse immunitaire et inflammatoire associée à l’infection par le SARS-Cov-2.

Pour faire plus simple, l’ANSES a fait une liste de plantes à éviter durant cette période.

Le rapport est disponible en ligne. Pour l’avoir lu, il est très complet et détaillé ( il y a une bibliographie de 13 pages, sans compter les annexes), mais aussi très technique.

Donc je vous propose de vous faire un résumé plus digeste de ce rapport.

Pourquoi ce rapport est il important ?

Ce rapport fait suite à la vigilance émise par nos autorités de santé sur la prise d’anti-inflammatoires chez les patients atteints de CoVid. Je ne vais pas vous détailler les raisons, mais cette vigilance est à mon sens justifiée. Une première vigilance de l’ANSM datant du 18 avril 2019 contre indiquant les AINS dans les situations à risques de pneumonies.

Mais, il n’y a pas que les médicaments qui ont une action anti-inflammatoire. Plusieurs plantes aussi possèdent une action anti-inflammatoire.

D’autres classes de plantes sont aussi à éviter comme nous allons le voir.

Les différents types de plantes.

Je vous écris le nom français et le nom latin, les laboratoires utilisant soit l’un soit l’autre . Les plantes en gras sont celles qu’on retrouvent le plus fréquemment dans compléments alimentaires.

Les plantes immunomodulatrices

Dans cette classe, on trouve :

  • Les échinacées : Echinacea purpurea , Echinacea augustifolia, et Echinacea pallia
  • La griffe du chat ou liane du Pérou : Uncaria tomentosa

Ces plantes ont une action immunostimulante. Elle sont utilisées en classiquement en prévention des infections hivernales. L’idée étant de donner un coup de pouce au système immunitaire pour éviter de tomber malade.

Pourquoi les éviter ?

Je ne veux débattre de l’utilité de ces plantes en prévention des infections hivernales. Les études nous montrent bien une action sur le système immunitaire, donc pourquoi pas.

Mais, en cas de symptômes évoquant une infection, il faut les éviter.

Pour faire simple, il faut laisser bosser le système immunitaire, pour éviter son épuisement.

Dans l’infection du CoVid, il arrive que dans les formes sévères que la surexpression du système immunitaire, entraîne un orage cytokinique, et un épuisement lymphocytaire. Donc plus de défense 🙁

Dans l’idée, tout complément alimentaire ayant pour indication une « stimulation de l’immunité » devra être arrêté en cas de symptômes évoquant une infection.

Les plantes à action anti-inflammatoire.

On retrouve ici pleins de plantes régulièrement utilisées dans les compléments alimentaires, principalement dans les douleurs articulaires. (Arthrose principalement)

  • Le réglisse, Glycyrrhiza glabra, Glycyrrhiza uralensis Fish
  • La reine des près, Filipendula ulmaria, Filipendula vulgaris
  • La verge d’or, Solidago virgaurea L.
  • Le bouleau : Betula pendula Roth, B. pubescens Ehrh., B. alleghaniensis Britton, B. lenta L.
  • Le peuplier : Populus nigra L., P. tremula L., P. tremuloides Michx., P. alba L., P. balsamifera L.
  • Le polygala : Polygala sibirica L., P. tenuifolia Willd., P. vulgaris L.
  • Le saule : Salix alba L., S. fragilis L., S. purpurea L., S. pentandra L., S. caprea L.
  • L’Harpagophytum ou Griffe du diable, Harpagophytum procumbens DC. et H. zeyheri Decne
  • La scrofulaire chinoise, Scrophularia ningpoensis Helmsl
  • Le bouillon blanc, Verbascum thapsus L., V. densiflorum Bertol., V. phlomoides L.
  • Les véroniques, Veronica officinalis L., V. beccabunga L., V. anagallis- aquatica L., V. chamaedrys L.
  • Les bugles, Ajuga reptans L., A. Ajuga chamaepitys (L.) Schreb., Ajuga iva (L.) Schreb
  • Les Boswellia, Boswellia serrata Roxb. ex Colebr.
  • Les Commiphora, Commiphora mukul
  • Les Curcumas, Curcuma domestica Vahl [syn. Curcuma longa L.], Curcuma xanthorrhiza Roxb., C. longa L., C. xanthorrhiza Roxb. et C. zedoaria (Christm.) Roscoe

Il reste quelques plantes à éviter issu de la médecine chinoise et européenne , pouvant interagir avec une enzyme impliquée dans l’activité du CoVid.

  • Radix Polygoni multiflori (racine de Polygonum multiflorum Thunb.) et
  • Caulis Polygoni multiflori (tiges de P. multiflorum Thunb.).
  • Radix et Rhizoma Rhei (racine de Rheum officinale Baill.),
  • La scutellaire Scutellaria lateriflora L. Scutellaria baicalensis Georgi, Scutellaria galericulata L.
  • Magnolia officinalis
  • Le romarin, Rosmarinus officinalis L., Salvia rosmarinus

Bon, maintenant que la liste est faite, que fait on?

Deux cas:

Premier cas : Si vous prenez des compléments alimentaires pour stimuler l’immunité, il faudra impérativement les arrêter dès les premiers symptômes d’infection au Covid 19

Deuxième cas, vous prenez des compléments alimentaires à visé anti-inflammatoire : il va falloir, comme pour les médicaments anti-inflammatoires, discuter avec son médecin la nécessité ou non de continuer le traitement.

Pour certaines personnes, il sera préférable de continuer , pour d’autres, il sera préférable d’arrêter. Le choix se fera en fonction des facteurs de risques mais aussi de l’indication et du bénéfice des compléments alimentaires ( efficacité sur les douleurs, sur la mobilité et sur l’autonomie par exemple)

Une dernière chose, les anti arthrosiques d’action lente tel que le Structum, Structoflex, Chondrosulf et Piascledine ne sont pas concernés par la vigilance.

https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2020SA0045.pdf

A propos Cédric Boucherat 598 Articles
Docteur en pharmacie Pharmacien adjoint à la pharmacie du Cora DU orthopédie - podologie DU Gérontologie Pharmacie clinique DU Pharmacie clinique oncologique