Retour sur l’article de UFC-Que choisir…

… sur les substances toxiques contenues dans les produits cosmétiques.

Comme à son habitude, UFC Que Choisir fait un point sur la composition d’une sélection de produit cosmétiques (Plus de 400 sur le dernier « essai »).

Loin de dénigrer le travail effectué, je tiens juste à faire un point sur cette liste et les produits vendus à la pharmacie du Cora (je ne parlerais pas des autres vu que je ne les connais pas!!)

Sur les 419 produits de cette liste, 82 sont disponibles à la pharmacie du Cora.

6 produits sur le 419 testés passent « l’examen » haut la main, dont 3 produits Avène. (Bravo Avène, mais ce n’est pas aussi simple selon moi)

Sur les 82, seulement 26 contiennent des allergènes, dont les produits de parfumerie Roger et Gallet. (dans l’ensemble, rien de vraiment anormal).

Seulement, en se penchant de plus près sur les ingrédients incriminés supposés toxiques, il y en a un ou deux qui m’étonnent. Donc, me voilà à passer ma soirée sur cette liste!

Les ingrédients mis en cause par UFC Que Choisir sont les suivant :

BHT Anti-oxydant (permet d’éviter à une crème de s’oxyder trop rapidement) Le risque est considéré comme limité. En fait, comme il se rapproche du BHA, il est considéré à risque. Des études de réévaluations sont en cours
Cyclopentasiloxane, cyclomethicone Émollient Ils semblent entrainer un risque en cas d’inhalation. J’ai rarement vu quelqu’un inhaler une crème…

La commission Européenne  recommande de ne plus l’utiliser dans les aérosols, mais dans l’article, il est relevé partout même si le produit est une crème.

 

Ethylhexyl methoxycinnamate Filtre UV Effectivement, le produit entrainerait une perturbation des œstrogènes et de la fonction thyroïdienne, mais si on en applique une tartine, de l’ordre de 1g/Kg soit pour un adulte environ 80g.

Je cite les conclusions de l’ANSM en 2012 : l’utilisation de l’OMC dans les produits cosmétiques à une concentration maximale de 10 %, ne semble pas présenter un risque pour la santé des consommateurs dans les conditions prévisibles d’utilisation

Methylchloroisothiazolinone, Methylisothiazolinone Conservateur, en remplacement des parabènes. Pas de chance, ils sont hautement allergisants.

Le règlement (UE) 2016/1198 impose le retrait au 12 février 2017 les produits contenant les MIT et MITC.

Bref, on en parle plus, ils n’existent plus !!

 

Phenoxyethanol Conservateur Il est validé par les experts européens, mais l’ANSM aurait un autre avis.

Techniquement, au niveau règlementaire, les laboratoires ont le droit de s’en servir.

 

Parabènes Conservateur Encore eux, toujours et encore. Difficilement remplaçables, (à moins de vouloir conserver son shampoing au frigo),  le butylparabene et le propylparabene sont encore étudiés.

Toujours le même problème, pas quoi les remplacer ?

 

sodium lauryl Sulfate Base lavante irritante Connue depuis longtemps, elle se retrouve peu fréquemment dans les savons et shampoing, mais plutôt dans les dentifrices. (Arthodont, Fluocaril) qui ont un statut de médicament. Plutôt compliqué de changer une formule d’un médicament.
Triclosan Antibactérien Je ne peux être que d’accord avec UFC, surtout que la FDA (Equivalent de l’ANSM aux USA) vient de d’interdire le Triclosan dans les produits de désinfection des mains et savon pour le corps.

 

 

J’apprécie l’ENOOORME travail réalisé par le journal, 419 produits ça n’a pas l’air mais c’est du boulot! Lister tous les ingrédients, identifier ceux qui posent problèmes, c’est vraiment titanesque !! (Bon, ca va, je pense mettre assez couvert…:p )

Mais… j’ai comme l’impression qu’il y a  » un peu » d’exagération !

  1. Parler d’un ingrédient retiré du marché le jour de la publication, je trouve que ça fait pas très sérieux;
  2. Oublier de parler de la forme galénique (crème ou spray) alors que les recommandations portent justement sur certaines formes galéniques, c’est plus que limite;
  3. Parler de toxicité sans parler de dose, pour un pharmacien,  c’est une hérésie. (Je vous renvoie vers la citation de Paracelse tout en bas du site 😉 )

Finalement, de huit ingrédients qui poseraient problème, on passe à péniblement à trois :

  • le Triclosan,
  • le sodium lauryl sulfate
  • les parabènes, mais toujours pas de solutions de rechange.

 

Que dire de plus ? Il y a eu, à mon sens,  un peu de laxisme dans l’article d’UFC Que Choisir.  Loin de vouloir protéger les laboratoires, (ils n’ont pas vraiment besoin de moi), je suis un des premiers à regarder la composition des produits. Et, quand une formule ne me plait pas, je le dis.

De nombreuses personnes m’ont entendu râler  sur le laureth sulfate, ou de l’alcool dans un shampoing pour cuir chevelu sensible, ou même sur une formulation trop complexe pour une peau sensible.

Mais, les intolérances sont assez rares, même avec le lauryl sulfate présent dans les dentifrices.

Les parabènes sont toujours au centre des débats, même suite à leur réévaluation en 2014. De plus en plus de produits arrivent Paraben free, c’est a dire sans parabens.

Reste le Triclosan, encore quelques fois utilisé, mais qui ne devrait pas tarder à disparaitre.

Bref, tout ça pour dire, que si les industriels peuvent (et doivent) encore améliorer leurs produits, la situation actuelle est loin d’être catastrophique, et on peut encore utiliser nos savons et autres produits cosmétiques sans inquiétude.

L’article de UFC Que Choisir : https://www.quechoisir.org/comparatif-ingredients-indesirables-n941/

A propos Cédric Boucherat 402 Articles
Docteur en pharmacie Pharmacien adjoint à la pharmacie du Cora DU orthopédie - podologie DU Gérontologie Pharmacie clinique DU Pharmacie clinique oncologique