Recommandations d’utilisation de Lutényl, Lutéran et leurs génériques

Comme évoqué dans un précédent article de juin 2020, le Lutenyl et le Luteran (ainsi que leurs génériques) font l’objet d’une vigilance de l’ANSM suite au sur-risque de méningiome.

Bien évidement, la plupart d’entre vous ont déjà fait leur IRM et consultée leur médecin. Certaines ont arrêté/ remplacé leur traitement, d’autres l’ont maintenu en accord avec leur gynécologue.

Au bout de 6 mois, voici les recommandations de l’ANSM pour l’utilisation du nomegestrol et de la chlormadinone (respectivement Lutenyl et Luteran )

Situations pour lesquelles l’utilisation de Lutényl/Lutéran peut être envisagée ou non au regard du rapport bénéfice-risque, et conduite à tenir

Pour résumer rapidement, on ne peut plus s’en servir en traitement de la ménopause, ni comme contraceptif.

Et pour les indications restantes, il va falloir une réévaluation annuelle par son médecin, et un suivi régulier avec des IRM à faire tous les 2 ou 5 ans.

Suivi IRM lors de l’utilisation de la chlormadinone ou du nomegestrol

Et bien évidement , en cas de symptômes évocateurs d’un méningiome (maux de tête fréquents, troubles de la vision, du langage ou de l’audition, vertiges, troubles de la mémoire…) , il faudra consulter dès que possible son médecin.

Je vous met le lien vers la pages des Questions/Réponses de l’ANSM

A propos Cédric Boucherat 660 Articles
Docteur en pharmacie Pharmacien adjoint à la pharmacie du Cora DU orthopédie - podologie DU Gérontologie Pharmacie clinique DU Pharmacie clinique oncologique